Vieux cœur

La maison dort sous les gouttes. Mélody Gardot me chuchote des mots d’amour si doux. De son gros ventre, une contrebasse expulse en vibrant ses notes suaves. Au grenier une rafale s’infiltre par une ouverture. Surprise, la charpente craque. De gros nuages aux nuances subtiles de l’acier, comme dans un cadre mouvant, défilent par delà les toits. À l’intérieur un mince filet d’air se faufile et fait trembler un voilage, vaciller une flamme. Une goutte sur l’aluminium de l’évier chronomètre le temps qui passe. Inexorable. Le fumet de mon thé noir envahit la pièce et laisse échapper un subtil parfum d’orange. Le jour se lève doucement. Dans la pâleur du petit matin, les chaudes lumières perdent conscience. Le bleu revient combler l’espace de la nuit. La maison commence à s’animer et les tendres pensées des enfants, à jamais gravées, emplissent de leur innocente affection mon cœur vieillissant.

6 réflexions sur « Vieux cœur »

  1. C’est magnifique et apaisant ouaté comme pour mieux amortir les turbulences du moment merci Serge pour cette parenthèse dans ce monde de brutes

  2. Magnifique!!! Somptueux ! Tu reviens à tes amours photographiques avec bonheur. Et ton texte ponctué par les accords jazzy de m..gardot est ….parfait.

  3. Reçois d’ un autre vieux coeur qui se bat pour battre encore , ma complicité sensible sue ce que tu fais avec le simple quotidien un hommage à la vie et à nous autres pauvres humains , amitiés

Je vous remercie de laisser un commentaire sur cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.