Morbihan, pointe du Percho

Morbihan, la pointe du Percho. Ancienne batterie d'artillerie.

Morbihan, la pointe du Percho. Ancienne batterie d’artillerie.

J’ai toujours été fasciné et surtout impressionné par la puissance de la mer. Son mouvement, son vacarme accompagné du mugissement du vent. Il n’est pas nécessaire d’attendre une tempête pour se rendre à la pointe du Percho sur la côte sauvage de Quiberon. Là, quelle que soit la force ou l’amplitude de la marée, les vagues se fracassent avec puissance et parfois démence contre les blocs de granit érigés en sentinelles sombres. Le site est visité par de nombreux curieux, qu’ils soient randonneurs, touristes venus de loin ou tout simplement personnes du cru. Il y a toujours à voir et à ressentir.

Morbihan, la pointe du Percho. En surplomb, mouvement et puissance.

Morbihan, la pointe du Percho. En surplomb, mouvement et puissance.

En surplomb de la mer, cette pointe rocheuse est dès les premiers âges fréquentée par l’homme. Les hommes des mégalithes recherchent les belvédères qui seront propices à l’édification de sanctuaires. Le dolmen de la pointe du Percho orienté vers le soleil couchant, témoigne de l’intérêt du lieu et du sens sacré que l’homme a toujours concédé à la nature. Une petite bâtisse érodée, en pleine désolation marque le point le plus haut de la falaise. Injustement appelée “la maison des douaniers”, elle fut semble t’il, construite à destination militaire en 1696 et équipée de deux canons de marine. Jusqu’en 1918, elle portera le nom de “corps de garde”, ouvrage maçonné associé à une “batterie d’artillerie”. C’est en contrebas de cet endroit, dans un espace aérien, au contact de la roche que j’ai installé (dans un équilibre précaire) mon trépied et mes feuilles de papier ainsi que mes encres. Tout est solidement fixé pour éviter un catastrophique envol dû au souffle imprévisible venu de la mer.

Pointe du Percho. Encre noire sur papier.

Pointe du Percho. Encre noire sur papier.

Tout l’après-midi, les goélands me tiendront compagnie et s’approcheront insidieusement de mon sac pour tenter de me “chipper” un improbable morceau de nourriture. Gonflés les oiseaux !

Pointe du Percho. Encre noire sur papier.

Pointe du Percho. Encre noire sur papier.

 

Pointe du Percho. Encre noire et brou de noix sur papier.

Pointe du Percho. Encre noire et brou de noix sur papier.

 

Pointe du Percho. Encre noire et brou de noix sur papier.

Pointe du Percho. Encre noire et brou de noix sur papier.

 

Pointe du Percho. Encre noire, brou de noix et encre acrylique rouge sur papier.

Pointe du Percho. Encre noire, brou de noix et encre acrylique rouge sur papier.

8 réflexions au sujet de « Morbihan, pointe du Percho »

  1. Belle complémentarité que tu nous offres avec ces deux photos ( j’ aime le traitement ) , ça ne doit pas être facile de maitriser le coup de pinceau ….le vent, les embrun, les yeux qui pleurent , le froid …. 😉

    • Salut Olivier, peindre dans la nature, c’est prendre en compte les éléments qui te déconcentrent ou qui changent selon les moments. Il faut s’adapter en permanence. Mais, c’est un peu comme la photo. Combien de photos on rate pour ne pas s’être déplacé à tel ou tel endroit alors que le lumière était belle ou le vent impressionnant…L’avantage de la photo tout de même c’est de saisir vite une scène.

    • Tu ne peux pas si bien dire, il y a bien quelques pêcheurs qui ont été emportés sur cette côte sauvage…ils viennent trop près et soudain, une grosse vague !!!

  2. Tu les as déjà eus…..pour ce bel hommage à la nature en l’occurrence la pointe du percho. L’aspect sauvage transparait.

    • S’il n’y avait pas eu ce problème de carburant en ce moment, je vous aurai emmenés à la Pointe du Percho pour peindre comme dernière séance de cours ;-))

Laisser un commentaire