la Tour 13 infernale.

La Tour 13 en bordure de Seine, face au ministère des finances.

La Tour 13 en bordure de Seine, face au Ministère des Finances à Bercy.

La fameuse Tour 13 rue Fulton ferme au public à partir du 1er novembre en vue de sa démolition.
Pendant presque un an, cette tour aura connu nuit et jour une incroyable effervescence créative. Sur 9 étages, (36 appartements de 4 à 5 pièces pour une surface de 4500 m2), une centaine d’artistes venus du monde entier avaient investi le lieu. Développée dans le plus grand secret sur l’initiative de la galerie parisienne « Itinerrance », cette opération de « street-art » était dès l’origine vouée à l’éphémère. Rien à vendre, c’est un peu ce que l’on retiendra avec regret de cette exposition hors norme. C’est un véritable musée à ciel ouvert qui permet d’initier le public aux pratiques artistiques actuelles. L’évènement est qualifié de « projet street-art », je trouve pour ma part cette appellation trompeuse et limitative. Ici, pas de grafs, de lettres chromées ou de « logos » torchés à l’abri des lueurs de la nuit. C’est un vrai travail d’artistes d’intérieurs. Les appartements se cotoient avec des expressions originales selon les appartenances culturelles et géographiques (au moins 16 nationalités). Les réalisations sont des œuvres pensées, très travaillées, qui ont demandé un réel investissement en terme de temps, de matériaux et d’outils. On peut apprécier de la peinture, de l’illustration, de la sclupture, des installations. L’espace des appartements est réaménagé pour certains, détruit sous forme de gravats pour d’autres, comme si l’avenir posait déjà son empreinte fatale. Durant un mois, la visite de la Tour 13 a attiré plus de 15 000 passionnés et de curieux. Une file d’attente de 6 à 8 heures s’est constituée tous les jours au pied du bâtiment. Vidéos, photos, albums, suite interactive sur internet, le musée éphémère ne survivra que virtuellement ou dans la seule mémoire des artistes et des visiteurs. En tant que visiteur privilégié (entrée directe le jour de fermeture) j’ai pu apprécier dans le calme et avec recul la créativité de tous ces « globe-trotteurs » du graphisme. Ce petit tour (en photo) dans les étages est un résumé très synthétique de ce qui pouvait se découvrir et s’apprécier tout au long du mois d’octobre.

Visiter et sauver la Tour 13 sont deux choses désormais impossible, mais il est encore temps de vous propulser sur le site pour une dernière découverte virtuelle. Le site « Tour Paris 13 ».


 

 

9 réflexions au sujet de « la Tour 13 infernale. »

  1. merci Serge de nous avoir fait partager ces oeuvres, qui sont faites avec le coeur et les tripes , et annoncent pour ( déjà pour le présent ) le futur de grands créatifs 🙂

  2. merci Serges , de nous faire découvrir des endroits insolites comme celui ci , dommage que je ne sois plus la bas j’y serait allé
    que de créativité en ses lieux magiques , cela fait plaisir de savoir que ce genre d’initiative puisse être autoriser
    tes photos sont débordantes de vitalité et les mots , et bien je ne les trouvent pas , je dirais tout simplement merci
    à plus Ely

  3. En tout cas bravo pour ce témoignage et grand merci de nous faire partager à nous , provinciaux que nous sommes , ce temple d’artistes, et contempler tous ces chefs d’oeuvre

  4. Voilà un côté positif de la Ville,chez nous çà n’existe pas ce genre de monument !!!!!
    C’est un beau témoignage de ta part d’avoir réalisé ces belles photos;
    Toujours aussi doué le Serge !
    Bises.

    • C’est sûr, à Paris nous sommes privilégiés pour ça. Il y a d’autres inconvénients…surtout les files d’attente pour n’importe quelle manifestation…

    • Flash au plafond pour la plupart des images.Parc contre, dans le noir total pour le mannequin dans sa baignoire et la cave ou il n’y avait que des réalisations sous lumière noire. Là, ce sont les hautes sensibilités du D4 qui ont fait la différence 😉

  5. Tu as eu de la chance de pouvoir la visiter sans attente, car j’y suis passé la première semaine et la longueur de la queue (à faire sous la pluie) m’a découragé .

Laisser un commentaire