Le « vrai travail ».

L’humanité n’est pas marrante, jamais satisfaite, souvent incohérente. Prenez l’exemple de la météo ! Ne vous est-il jamais arrivé de vous plaindre de la pluie…et deux jours plus tard alors que le soleil est revenu, vous éponger le front ruisselant de sueur en pestant contre cette chaleur subite. Et pendant ce temps là, elle fait quoi la nature ? Elle poursuit son petit bonhomme de chemin pour nous offrir ce qu’elle a de plus beau et de plus mystérieux. Bon, ce n’est pas encore la profusion de toutes les espèces ni le feu d’artifice de couleurs, mais déjà en portant son regard vers le bas, on peut apprécier la vitalité du petit monde qui « travaille ».

L’anémone pulsatille est une plante vivace des endroits calcaires. D’avril à juin, la plante se pare d’une floraison aux délicats coloris violet-pourpre.
Dès que la fleur est fécondée, elle fane, son pédoncule s’allonge et le fruit se développe. Il est constitué par un bouquet d’akènes prolongés par une longue arrête plumeuse qui bouge au moindre vent comme les fines folioles poilues.

Le lézard vert, comme tous les reptiles apprécie le soleil pour faire le plein d’énergie. Il grimpe facilement dans les arbres et nage très bien. Il mue une fois par mois et hiverne de novembre à mars sous une racine ou un amas de végétation. Les accouplements qui ont lieu d’avril à juin, sont précédés de violents combats qui peuvent entrainer la mort de l’un de deux protagonistes. Violent le lézard !!!

Anthocharis cardamines, son nom latin inspire le respect pourtant, c’est un petit papillon très commun. Appelons le familièrement « Aurore ». C’est l’un des nombreux représentants de la famille des Piéridae (piéride du cresson). Le dimorphisme sexuel est très marqué et apparent. L’apex des ailes antérieures du mâle portent des taches orangées assimilées au soleil levant. Les femelles sont souvent plus grandes et leurs ailes sont blanches à pointes noires.

Andrena haemorrhoa est une abeille solitaire que l’on appelle communément abeille des sables. C’est la plus petite andrène de nos régions (une dizaine de millimètre). Elle fait son nid dans le sable ou la terre et apparait très précocément au printemps. Vous aurez toutes les chances de la voir butiner plus particulièrement sur ses plantes favorites…épine noire, pissenlit, saule.

3 réflexions au sujet de « Le « vrai travail ». »

  1. J’aime particulièrement la série sur l’anémone. Très belle série.
    Et c’est vrai que la nature est superbe (et fragile), il ne faut pas hésiter à la regarder.

Laisser un commentaire