La partie de chasse (Le piqueur)

le piqueur-01

Après le départ des véhicules, il y a un petit moment de flottement. Peut-être l’envie de savourer le silence revenu. À la barrière, nous ne sommes plus que trois. Georges le chef de battue, Gérard le piqueur et moi, sans oublier les chiens dans le Lada qui commencent sérieusement à s’impatienter. Georges étale sur le capot du véhicule un sac dans lequel il extrait quatre colliers GPS et une centrale de localisation. Il faut maintenant “habiller” chaque chien avec cet attribut électronique qui permettra de suivre leur parcours tout au long de la chasse. Le collier GPS représente une petite révolution pour le propriétaire des chiens. Les bêtes peuvent courir en toute liberté et aussi loin que possible en toute confiance. La crainte de perdre un chien est devenue inexistante. Il est possible de voir à tout instant où il se trouve, de visualiser son parcours ou de le masquer. Sur l’écran, un pictogramme affiche en permanence son activité. Chien en train de courir ou à l’arrêt. Il ne manque plus que l’indication du rythme cardiaque de l’animal et les calories dépensées. Heureusement, les bêtes ne se savent pas espionnées. Un numéro est attribué à chaque collier donc à chaque chien. Caneau aura le zéro, Ventoux le un et ainsi de suite. Les cages sont bien étudiées, une petite trappe permet de faire passer uniquement leur gueule pour leur poser le collier. Ça gesticule beaucoup dans la voiture. Géna tente de lécher le visage de Gérard qui ne semble pas lui témoigner la même affection. Éliott refuse de montrer sa tête. Ça gémi, ça aboie, ça peste, ça cogne contre la carrosserie. Georges crie un bon coup après les chiens. Le silence est immédiat ! Enfin, le haillon est refermé.le piqueur-02

À trois, on se serre à l’avant du Lada. Je me dévoue pour la mauvaise place. Je pose mon postérieur entre les deux sièges. Je ne sais pas exactement sur quoi je suis assis. J’ai une fesse dans le vide, le coccyx traumatisé par une partie contondante et la jambe bloquée contre le levier de vitesse. J’essaie de me tenir à la ceinture de sécurité côté chauffeur pour ne pas m’effondrer sur le tableau de bord. Je suis tellement compressé que mon bras droit est totalement immobilisé. On démarre. Georges essaie de passer la première :— Désolé de te caresser la cuisse, mais faut que ça passe !
Ça les fait rire ! Moi pas trop ! J’appréhende le moment ou on va rouler à fond sur le chemin plein de trous. Je serre les dents, mais surtout les fesses. On s’arrête 800 mètres plus loin au milieu des buis. Gérard descend et saisit son fusil.le piqueur-03 le piqueur-04Pendant ce temps nous délivrons enfin les chiens qui tournent quelques instants autour de nous pour uriner. Le piqueur remonte un sentier près d’un trou d’eau, en appelant les chiens. Ces derniers sillonnent au milieu des buis touffus à la recherche d’une odeur d’animal sauvage. Gérard les appelle pour les mettre sur le pied. En quelques instants bêtes et piqueur ont disparu dans l’épaisseur de la frondaison. Nous distinguons juste les grelots des chiens qui s’éloignent au fur et à mesure qu’ils prennent la pente. Avec Georges, nous montons inspecter le trou d’eau.
— Oh là là ! Regarde un peu le travail qu’ils ont fait. Il y  a eu de la visite ! Ils ont sorti presque toute l’argile du trou. Tu vois, les sangliers sont repartis par là. On voit bien les traces. Il me montre des branches basses toutes maculées d’argile grise encore fraîche.
Les sangliers sont bien venus cette nuit. Ils se sont baignés, roulés dans l’argile et frottés contre les chênes pour éliminer leurs parasites. Les nombreuses empreintes inscrites dans la glaise, sont autant celles des sangliers que celles d’un cerf qui a frotté ses bois contre un jeune arbre en arrachant toute l’écorce. Georges casse une petite branche de buis qu’il lance au milieu de la flaque.
— Comme ça, demain je saurai si quelque chose est passé cette nuit. De temps en temps, selon le vent, on perçoit par alternance le modeste son des clochettes. Je regarde le GPS et j’affiche le chemin que viennent de parcourir les chiens. Le chef de battue, au tintement des sonnailles et de leur direction n’est pas content :
— Les chiens semblent se diriger vers  Canaud. C’est pas bon ça. S’ils descendent dans la combe on est mal et pour les récupérer, on va encore rigoler. À tous les coups, ils vont remonter la pente de l’autre côté. S’il y a un sanglier devant les chiens, c’est ceux de Flassan qui vont tirer.
Sur le GPS, je constate que les chiens tournent en rond depuis quelques minutes. Soudain, l’un d’eux aboie distinctement :
— C’est Éliott ! me dit Georges, il a levé !
Les autres donnent immédiatement de la voix. Sur mon écran, le tracé est devenu plus rectiligne. Sans doute un sanglier est t’il vraiment devant les chiens. Finalement, ils n’ont pas sauté la combe. La chasse est lancée.
(À suivre)

Une réflexion au sujet de « La partie de chasse (Le piqueur) »

Laisser un commentaire