La partie de chasse (La barrière)

la barriere-02
Depuis des années, le rendez-vous se fait au même endroit, au pied du Mont Ventoux, juste après quelques maisons et un restaurant fermé en ce mois de janvier.
Il y a là, une petite place arborée de panneaux d’orientation qui s’affichent fièrement en jaune pour des randonneurs inexistants. Une barrière métallique est ouverte sur un large chemin qui monte vers les pentes rugueuses ornées d’un épais massif forestier. Originalité suprême, le lieu de rendez-vous s’appelle “à la barrière”. Une dizaine de véhicules est déjà stationnée, alignés les uns derrière les autres. Beaucoup de pneus à tétines, comprenez par là beaucoup de véhicules tous terrains bordent le chemin. Du modeste Kangoo au gros Toyota, tout le monde est équipé pour affronter les terrains difficiles. Les gros 4×4 rutilants cependant, paradent plus qu’ils ne sont efficaces. Ils ne feront que quelques centaines de mètres incapables qu’ils sont d’accéder aux chemins étroits et défoncés.la barriere-05
la barriere-03
C’est là, autour d’un bon feu aux volutes humides et bleues que chacun se salue et se fait une place au milieu du groupe qui se referme au plus près de la flamme. Les discussions vont bon train, les blagues aussi. Le matin, comme ça, on y parle d’avantage de tout et de rien, des dernières nouvelles, de la météo, d’untel ou de tel autre, plutôt que de la chasse. Il est facile de se moquer de la volubilité des femmes, mais une équipe de chasseurs en verve, c’est tout aussi comparable. Les humeurs s’expriment ici librement. On se moque des petits que l’on traite de nains, on apostrophe les retardataires, tout est prétexte à raillerie en bonne camaraderie bien entendu. Les “mis en cause” cherchent une parade et la réponse ne tarde pas à fuser comme une banderille acérée. Les amitiés viriles ne s’embarrassent pas de délicatesses. Qui aime bien châtie bien. En hiver, pendant la période des fêtes, Rémy devient le meilleur ami de toute l’équipe. Qui donc prendrait le risque de “charrier” l’ancien boulanger qui réalise des couronnes des rois succulentes, qu’il apporte encore tièdes à chaque rendez-vous de chasse. Elles font le délice de tous les gourmands.
Georges, en tant que chef de battue intervient :
— Allez, venez signer le cahier !
Les uns après les autres, maugréant, se bousculant avec quelques éclats de voix, la file s’organise et tous signent le “cahier de battues”. L’émargement atteste que chacun a pris connaissance des consignes de sécurité, des recommandations particulières…Il sera noté sur ce cahier le lieu de chasse, le nombre de chasseurs, l’auteur du tir, le poids de chaque animal tué etc. C’est le chef de battue qui est responsable de l’équipe et du moindre incident. Georges définit à chacun son poste selon les traces du gibier, relevées la veille ou le matin très tôt. Cette observation, permet de délimiter le périmètre de chasse où les sangliers sont susceptibles de se trouver.
— Pierre, lui, il va à la “Russe”. André, toi tu montes à la palette, tu laisses ta voiture au gros pin, juste en dessous. Richard, je vais te mettre…eh bien tiens, toi Richard, tu te postes juste après “la bosse”. Ils y passent bien là !
— C’est où ça ?
— Comment ça depuis le temps que tu chasses, tu ne sais pas où est la “Bosse” !!! Mais, c’est pas vrai ça, j’ai une équipe de bras cassés. Entre ceux qui partent à 11 heures pour jouer aux boules, ceux qui n’entendent rien, ceux à qui il faut une demi-heure pour se placer, ceux qui sont toujours au téléphone ou qui ne reconnaissent pas les chiens…Les chiens, allez au moins les voir dans la voiture pour les reconnaître quand ils vous passeront devant. Oh ! Mais, vous êtes sûr de vouloir chasser !!!
Inutile de chercher la “Bosse” ou la “Russe” sur une carte, vous ne trouverez rien. Les postes sont baptisés en fonction des besoins ou des anecdotes vécus par les chasseurs ou les gens du coin. Où untel aura vu un beau sanglier avec un superbe arrière train nommera l’endroit “Brigitte Bardot” ou “Kim Kardashian”…selon ses références “culturelles”.la barriere-04
Le chef fulmine, fait entendre sa grosse voix, mais pour rien. Ses remontrances ne font que se dissoudre dans l’air, sans provoquer le moindre émoi. Sous son aspect bourru, Georges est une bonne “pâte” et tout le monde le sait.
— Allez, au lieu de raconter vos conneries, allez vous placer !
Le signal est donné et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les voitures démarrent en  s’éparpillant comme un vol de moineaux. Chacun se dirige vers son poste de chasse. À la barrière dans le calme revenu, le feu continue de consumer quelques branches en craquant de façon sporadique.
( À suivre)

7 réflexions au sujet de « La partie de chasse (La barrière) »

    • …Je ne les appellerai pas forcément des héros…je dirai plutôt les derniers survivants d’une pratique ou d’une passion qui sous les multiples pressions, finira par s’éteindre…faute aussi de recrues relativement jeunes. Après, on verra s’il faudra regretter ou pas !

      • Je pensais en employant le mot héros, à ces personnages qui font des histoires …non pas à des surhommes qu’ ils ne sont sans doute pas d’ ailleurs 😉 Juste des gens simples et attachants que tu racontes si bien !

  1. Passionnant ! on s’y croirait ! En trouvant une « intrigue » , tu pourrais facilement écrire un bouquin genre polar : Partie de chasse…….
    tes chasseurs seraient surpris qu’on les imagine dans ce genre de contexte !
    la succulente brioche serait de trop dans l’histoire !
    On attend la suite !!!!!

    • Sacré Danielle, toujours un coup d’avance. Pas étonnant que tu penses déjà à un polar bien noir sur une affaire entre chasseurs. Il y aurait à faire…surtout lorsque tu y injectes le rôle que peuvent jouer les braconniers…. Je ne parle pas de gentils braconniers à la Pagnol. Non, je parle de ceux qui sont prêts à tout pour défendre leurs intérêts et leur pratique à grosse échelle.

    • C’est bien aussi ce que je pensais en comparant avec les Landes. L’ambiance est finalement sympa. Mais ici, pas de repas et de chasse après…interdit par le chef d’équipe. Il vaut mieux ;-))

Laisser un commentaire