La partie de chasse (Le Lada)

depart maison-01

Malgré la fraîcheur qui s’incruste ce matin au pied de la combe de Curnier, le vieux Lada 4×4 a démarré au premier tour de clé.
Aujourd’hui, c’est jour de chasse et comme d’habitude, la petite voiture russe va en voir de toutes les couleurs pendant toute une matinée. Habituée des parcours défoncés, elle connaît toutes les traîtrises des pierres roulantes, la sournoiserie des racines effleurantes et le danger des flaques d’eau boueuse, toujours prêtes à balancer le véhicule dans un cèdre placé trop près du chemin. Les buis ont depuis longtemps apposés en longue griffes rectilignes, leur signature sur chaque partie de la carrosserie.
Au premier ronflement du moteur, les chiens juste à côté, dans leur chenil, ont commencé à aboyer. Ils ont compris que l’heure est venue pour eux de sillonner les pentes du Ventoux, la truffe pointée au ras du sol, sur la trace du gibier.
depart maison-05Dans le chenil, c’est une véritable cacophonie qui redouble de fureur dès que la voiture s’approche des enclos grillagés. D’une voix ferme et autoritaire, Georges impose le silence aux bêtes particulièrement excitées. Georges connaît bien les chiens. Ce sont les siens. Sa passion, c’est la chasse au sanglier et cette passion ne peut se passer de bons chiens. Ce matin, Éliott, Géna, Ventoux et Caneau sont les heureux élus sur les 24 chiens présents au chenil. Pas de hasard dans ce choix. Chaque animal est choisi en fonction de ses qualités spécifiques. L’un aboie d’une voix forte et rauque facile à identifier au plus profond d’une combe ou d’un vallon. Cet autre est persévérant derrière un sanglier et ne change pas de trace pour celle d’un chevreuil. Ces deux là ont l’habitude de chasser ensemble et font la paire pour plus d’efficacité.
depart maison-04
depart maison-06
Ainsi l’équipée de ce matin est une complexe association de races et de croisements. Chien Porcelaine, Grand Bleu de Gascogne à la grande taille et pas trop lourd, Fauve de Bretagne parfois réticent à l’appel. De plus, il faut ménager les bêtes qui ont participé à la précédente chasse. L’enthousiasme des chiens ne doit pas faire oublier qu’un animal sauvage tel que le sanglier, est habitué à une vie rude et que sa résistance à l’effort ainsi que son intégration dans la nature lui sont particulièrement favorables.
Georges a relevé le haillon du 4×4 et dégagé les portillons des deux cages situées dans le coffre. Prestement, les chiens sortis de leur enclos s’engouffrent dans le véhicule.
Le haillon refermé, je prends place côté passager je serai co-équipier. Et hop, direction le lieu de rendez-vous des chasseurs. Dans le véhicule, il ne faut pas avoir le nez trop sensible. Ça sent le fauve et pas qu’un peu. Lorsque certains chiens se libèrent, il faut choisir : descendre la vitre et se prendre l’air frais du matin en pleine face ou succomber à l’asphyxie.
(À suivre)

8 réflexions au sujet de « La partie de chasse (Le Lada) »

  1. Un peu de fraîcheur matinale donne une note plus intense et les » hot dog  » réchauffe le vieux lada…. En tout cas merci de nous associer à cette partie de chasse

  2. Ton écriture , me fait penser à des nouvelles …. quelques images, des mots et en route, pour un voyage qui sent bon la vie et la simplicité, probablement ce qui est le plus difficile à communiquer 😉

Laisser un commentaire