Jazz en Ville

Quelques coups de pinceaux rapides pour fixer l'attitude du bassiste. (Photo Michel Dahyot)

Quelques coups de pinceaux rapides pour fixer l’attitude du bassiste. (Photo Michel Dahyot)

L’art performance est un mode d’expression artistique contemporain, dans lequel l’œuvre est le déroulement temporel d’une mise en scène, d’un ensemble de gestes, d’actes, d’attitudes, d’événements, comportant une part d’improvisation. L’œuvre performance s’inscrit dans le temps et non dans la matière.

C’est ainsi que l’on peut définir de façon très simplifiée l’art perfomance. Je ne parlerai ici que de l’expression picturale. Il existe depuis longtemps des démonstrations  au cours desquelles, l’artiste réalise en direct une œuvre devant un public averti. Ces manisfestations répondent surtout à une nécessité d’apprentissage ou de formation. Le souhait de développer une technique, d’approfondir une maîtrise par l’exemple. L’art performance par contre n’a aucune vocation à l’apprentissage et ne laisse aucune trace matérielle de son expression. Peinture réalisée par exemple dans un entrepôt en cours de destruction. La photo reste alors la plupart du temps, le seul témoignage de l’acte artistique.

L'ambiance colorée change constamment. Il faut s'adapter.

L’ambiance colorée change constamment. Il faut s’adapter. (Photo Michel Dahyot)

Pendant le festival de Jazz en Ville de Conflans Sainte Honorine, j’ai eu l’occasion avec quelques amis (ies) de me prêter à cette expérience d’improvisation artistique. Au terme de “performance”, nous préférons celui de “Croq’Live”. Moins prétentieux et plus conforme à notre action picturale. Le concept de base en est très simple puisqu’il s’agit de dessiner ou de peindre en direct, lors des concerts de jazz, en présence du public. La première difficulté rencontrée et assurément la plus importante est celle du mouvement même des musiciens. Si un flûtiste ou un violoncelliste de concert classique observe une immobilité assez relative…c’est loin d’être le cas dans le jazz. Il faut donc anticiper certains gestes et attitudes, les mémoriser et attendrre l’instant favorable pour exprimer par le pinceau ou autre médium les quelques traits qui vont définir le sujet. Le résultat conserve un aspect d’inachevé qui est l’expression même de la spontanéité et d’une gestuelle très libre. En réalité, tout bien calculé, on ne passe que quelques minutes pour réaliser un tableau. En quelques gestes, tout doit être dit.

Frédéric Viale à l'accordéon, les rythmes Brésilens et Cubains.

Frédéric Viale à l’accordéon, les rythmes Brésilens et Cubains. (Photo Michel Dahyot)

Il ne faut pas oublier le public, qui par sa masse cohérente  et dynamique joue aussi un rôle et participe à sa façon à l’action picturale. Approbateur ou improbateur, son omniprésence est ressentie tout au long du parcours. Lors des poses musicales, la proximité permet des commentaires curieux, des échanges enrichissants, soit avec les musiciens, soit avec le public.

Dan Duparc en invité d'honneur devant ses peintures magistrales.

Dan Duparc en invité d’honneur devant ses peintures magistrales.

Le public arrive, les chevalets sont prêts, l'expo suscitera beaucoup d'intérêt.

Le public arrive, les chevalets sont prêts, l’expo suscitera beaucoup d’intérêt.

En parallèle aux concerts de jazz, donnés dans la superbe salle des fêtes de Conflans Sainte Honorine, une exposition de peintures et de photos, accompagnait les effluves musicales. Dan Duparc était cette année l’invité d’honneur avec un nombre impressionnant de peintures acryliques. Deux amies, Ariane Subrenat et Élysabeth Leyondre participaient en ma compagnie à l’expo ainsi qu’au “Croq’Live”.

En galerie ci-dessous, vous trouverez les aquarelles faites en “live” sur 3 concerts. (Quartet Frédéric Viale – JdL quartet avec Bobby Few – Quintet Raphaël Herlem…)

13 réflexions au sujet de « Jazz en Ville »

  1. Il y a là tous les ingrédients pour accroitre les difficultés du dessinateur, bravo pour les résultats ainsi obtenus , des images vivantes et vibrantes !

  2. Le swing est là, la couleur, l’ambiance c’est comme ci on y était, en avantle big band. Merci Serge pour ce concert de couleurs

    • C’est une expérience très intéresssante. Assez fatigante mais on apprend à travailler vite et surtout à “voir” vite. Le travail en atelier ensuite parait “fade” ;-))

  3. ce que vous réalisez est …soufflant!
    et me donne l’impression qu’il y a 2 mondes …
    les bons,et les autres .tu est du 1er groupe ;et j’assiste dans le 2ème a ton échappée irrésistible ;
    bravo

    • …Tu es gentil, André. Mais tu sais que, sans le « nu sur le vif » que l’on fait tous les jeudis, je ne pourrait pas participer à ses actions de peinture.

  4. Magnifique performance ! Mais là il ne faut pas s’interroger trop longtemps, il faut « croquer » ! le résultat est superbe, vivant. Aux rythmes du jazz !
    La même passion vous anime, les uns avec leurs instruments les autres avec leurs pinceaux ! c’est vrai que tu as de plus en plus le look « bohème »!!!!!!!
    Bravo !

    • C’est le genre d’excercice qu’il te faudrait excercer pour “dérouiller” ta main et prendre une certaine liberté picturale. Ça t’apporterait beaucoup plus en une séance que les cours de peinture “traditionnels”…

    • Merci et alors, à bientôt sur les concerts. En principe le prochain c’est le 11 avril au Conservatoire. Je devrais y être ;-))

  5. Avec ta nouvelle barbe d’aventurier et tes yeux exténués d’application cachés sous les lunettes , je suis passée devant toi qui me voyait à peine …Par contre ta performance était bien là ! bisous et félicitations !

Laisser un commentaire