L’atelier Philippe Rault

C’est après avoir arpenté les quelques pavés de son entrée, et passé la salle d’accueil, que se découvre l’Atelier Philippe Rault. Plus qu’un atelier, c’est une véritable antre qui semble cacher des trésors dans les zones les plus mystérieuses.philippe_rault_01

Le plafond est bas, noirci par le temps mais aussi par le feu qui jaillit de temps à autre de la forge. Le regard ne sait pas où se poser dans cet enchevêtrement de métal jaune, de bois et d’outils de toute formes, aux fonctions insoupçonnées. Ici, c’est le royaume du facteur d’instruments à vents, cuivres et percussions. Philippe Rault réalise la gamme complète des cuivres simples et naturels.

De la plaque de laiton ou de cuivre (matière première de l’artisan), il dessine et patronne : bugles, clairons, cors, trompes de chasse, trompettes… Il trace et effectue sa prémière découpe avec la cisaille. C’est de cette forme si simple, si brute, que naîtront dans les mains expertes de l’homme de l’art, qui un clairon sib, qui une trompette flamboyante.

L’homme entretient, répare et restaure aussi sans discernement tous les cuivres naturels, à pistons et à coulisses ainsi que les instruments à clés. Philippe Rault déploie aussi son talent sur la réalisation d’instruments de batterie et de percussions. Il est le seul à réaliser les peaux en plastique métrique. Il partage son savoir faire et les techniques traditionnelles de fabrication et de restauration avec son élève Naoya Miyaké (tromboniste), arrivé du Japon en 2000.

Philippe Rault, Maître d’Art a pris officiellement sa retraite le 30 décembre 2011. Naoya Miyaké en s’affirmant comme son digne successeur, lui a succédé en reprenant l’atelier le 1er janvier 2012.

Pour en savoir plus sur les Maîtres d’Art :
www.maitresdart.com

Une réflexion au sujet de « L’atelier Philippe Rault »

Laisser un commentaire