Fin de partie

Malgré le scepticisme des gens du coin, il avait eu une bonne idée Roger en 1983 de créer ce camping à Kerlann tout près de Carnac. Entouré d’une campagne bien verte, cet écrin de calme pas loin de la mer et des plages de sable blond, avait attiré dès la deuxième saison pas mal de monde. Ce n’était pas un camping de grand standing et les prix encore modestes à l’époque convenaient bien aux familles qui voyaient là une manière de passer de bonnes vacances plutôt économiques dans une région très fréquentée en été. Un grand nombre de propriétaires d’une caravane ou d’un mobil-home, avait fait du camping des Pins leur résidence secondaire pour la famille. Le règlement semblait cool, trop cool peut-être.
En tout cas que se passe t’il réellement en 2008, difficile de le savoir. L’établissement ferme ses portes brutalement après 30 ans d’activité. Incapacité d’adaptation face à la concurrence, réponses inadéquates aux exigences des nouveaux vacanciers, mauvaise gestion ou tout simplement problèmes de santé du propriétaire. Bref, Roger met une pancarte à l’entrée du camping pour indiquer que la soixantaine de propriétaires devront enlever leur mobil-home avant l’hiver. Malgré les rumeurs qui courraient l’été précédent, c’est la douche froide. Né ici où se trouve encore la ferme familiale, Roger 80 ans, refuse de vendre et semble avoir d’autres projets pour son terrain. Sur les 4 hectares et les 200 emplacements, certains mobile-homes et caravanes resteront sur place, abandonnés au pourrissement. Roger ne réalisera aucun projet sur son terrain.
En 10 ans, le camping subira les outrages du temps, la visite de nombreux casseurs et bien entendu servira de décharge à tous ceux qui ne savent toujours pas où déposer leurs déchets. Certains disent aussi – mais ce sont sans doute de mauvaises langues – que les campings du coin, sont venus récupérer pour leur propre compte du matériel en parfait état sitôt la fermeture du site.

Aujourd’hui le camping des Pins, est entièrement dévasté. Caravanes et mobil-homes sont broyés, déchiquetés avec une telle violence qu’il est difficile d’imaginer que la main de l’homme puisse en être à l’origine. C’est triste, horrible et surtout incompréhensible que ce site soit ainsi laissé en maquis. Il y a quelque chose d’obscène dans cet abandon là. La nature foisonnante reprend peu à peu ses droits, engloutit et digère lentement les stigmates d’une société avide de loisirs. Roger lui, s’est retiré du monde des actifs. Il reste le propriétaire responsable, sans complexe, à l’origine de ce champ de dévastation. Quel avenir ? No future !

5 réflexions sur « Fin de partie »

  1. Serge tu es un maître quand tu nous fais partager ce genre de chaos , les mots sont aussi puissants que les images , du grand art , triste sur ce sujet , mais du grand art quand même

  2. Ah oui c’est triste ! mais un peu à l’image du monde actuel de moins en moins respectueux des lieux, de la nature, des hommes. Seul point positif : comme tu écris, la nature reprend ses droits, repousse et efface au fur et à mesure les vilaines traces des hommes.

Je vous remercie de laisser un commentaire sur cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.