Entre mer et rivière.

Le comble, c’est d’avoir passé 5 semaines en Bretagne sans jamais avoir déplacé une seule fois mon chevalet vers la mer.
En effet, à aucun moment je n’ai porté mon attention vers l’océan tout proche. Lorsque je suis arrivé dans le Morbihan, j’ai été littéralement saisi par l’intensité de la nature. Je n’ai eu qu’une envie, celle de me plonger dans cet univers d’arbres et de campagne qui s’imposait partout sous mes yeux. En cherchant à me perdre parmi les nombreuses petites routes entre mer et rivières, j’ai découvert de beaux endroits nichés dans un écrin verdoyant. J’ai passé un certain nombre d’heures, voire de jours auprès d’une place herbeuse entourée d’arbres vénérables. De nombreuses peintures sont nées de cet endroit très inspirant. Ces arbres séculaires, châtaigniers et chênes, sont des personnages possédant chacun une véritable personnalité. Chaque corps massif, porte les marques de son âge. Branches biscornues ou brisées, plaies béantes ouvertes aux intempéries. Comme toujours en plein air, la modification de la lumière tout au long de la séance de peinture aura été la plus grosse difficulté à surmonter. S’adapter sans cesse, et même repeindre des zones entières dont l’ambiance et les couleurs ont changé en quelques dizaines de minutes, voilà l’historique secret de chaque peinture. J’ai rarement intégré des éléments architecturaux dans mes peintures. J’ai représenté cette fois, de manière plus ou moins discrète quelques pierres, quelques toits au-delà des éléments naturels. La peinture du dolmen en est la démonstration contraire puisque la pierre même devient le principal sujet. Ce monument aura eu le mérite de favoriser une sympathique rencontre avec le propriétaire de la maison située à proximité.

8 réflexions sur « Entre mer et rivière. »

  1. Présentation originale de tes oeuvres, les arbres doivent se réjouir au moins autant que nous de leur mise en scène si étudiée. Les arbres sont vivants. Je crois que tu leur voues une véritable passion…..à travers tes toiles. Et un bel hommage à la bretagne puisque à chaque retour tu sembles redécouvrir le paysage qui t’inspire.

  2. et pour votre information, mais vous l’aurez sans doute corrigé par vous même.. il ne s’agit pas d’un menhir, mais d’un dolmen!

  3. le parfaite et si sensible analyse de ce qui nous entoure..! il est si vrai qu’ici, à 3 km à peine de la mer, nous somme encore plongé dans un environnement qui fait penser à la campagne profonde.
    Or, ce paysage se dissipe en un instant, en abordant Ste Barbe, chargée en histoire, et qui marque avec netteté la transition de la campagne et des dunes, puis de la met..
    Quelle chance nous avons de pouvoir aller de l’une à l’autre en un instant.. et de découvrir l’océan caché derrière cette lande alanguie.
    cette partie de Morbihan est bénite..! sachons en profiter chaque jour! c’est en tout cas ce que je fais avec joie, en profitant des odeurs si variées, et des chants des oiseaux, ..
    vous êtes le bienvenu pour découvrir encore de nombreux endroits magiques, à portée de main?? ou de bicyclette!

    • Merci beaucoup pour votre long commentaire et appréciation de ce Morbihan si varié et magnifique…que nous apprécions me semble t’il également. Mes peintures représentent un axe qui part de la proximité de Carnac vers la rivière d’Auray. La prochaine fois, (en septembre), je me tournerai tout de même un peu vers Portivy et la côte sauvage que j’affectionne aussi beaucoup. Bonne journée.
      (Je rectifie pour le dolmen).

Je vous remercie de laisser un commentaire sur cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.